Main Basse sur la Joconde - Les Secrets du Spectacle

Vaut-il mieux connaître le secret d'un tour de magie ou garder l'intégrité de l'illusion ?
Chacun verra midi à sa porte. Si vous n'avez encore jamais vu le spectacle, déjà ce n'est pas bien, ensuite, on ne peut que vous conseillez d'aller le voir au moins une fois avant de consulter cette page !
Vous êtes sûr de vouloir connaître l'envers du décor de ce spectacle ? Alors allez-y !

Inclinaison du paquebot

Photo Photo

Le paquebot, comme le train, est grandeur réelle. Cependant le paquebot n'est pas réel.

Il n'y a que la façade. Derrière, il y a 4 vérins pour faire incliner le bateau du haut vers le bas. En observant le bas de la proue du paquebot quand celui est penché, on peut discerner l'astuce.

Fonctionnement du convoi

Photo Photo

Le train fonctionne à l'électricité qui passe dans les rails. Trois des tonneaux sont en fait un leurre. Il y a un emplacement vide pour le conducteur, on voit ce dernier déguisé en cinquième Gendarme entrant dans le wagon tout au début du spectacle.

Le convoi ferroviaire est poussé par le petit tracteur illustré ci-contre. En agrandissant la photo, vous pourrez voir qu'il est attaché au premier wagon (le seul qui rentre à peine sur scène).

Explosion de la voiture

Photo Photo

Le fait de voir une voiture identique à l'entrée du spectacle doit mettre la puce à l'oreille. En moins d'une minute, on passe d'une voiture rutilante à un tas de ferraille défoncé !

Le secret : deux voitures ! Trois avec celle soudée au sol devant l'entrée, quatre avec celle de rechange dans le hangar de réparation.

Réception des chutes

Photo Photo

Différentes cascades se déroulent sur le train... Et tout est prévu pour recevoir les acteurs en douceur.

Des matelas se trouvent disséminés aux 4 coins du train ! Plus particulièrement sur le wagon des caisses et du réservoir. Si vous êtes placés en hauteur et dans les extrémités des gradins, vous pouvez apercevoir les coins de matelas qui se lèvent lorsqu'un cascadeur tombe dessus.

Destruction du Bureau du Port

Photo Photo Photo

Ce sont simplement des vérins qui simulent l'explosion et permettent le remontage.

La lenteur de la chute des murs, surtout de la porte qui est la dernière partie du Bureau à tomber, en témoigne. Il y'a également une machine à fumée près des vérins pour simuler l'explosion.

A gauche, vous trouverez deux photos prises durant une répétition (sans acteurs) de la démolition du bâtiment.

 

Dans les egouts...

Photo Photo

Le sous-sol est percé de galeries ! Sur l'avant de la scène, il y'a deux bouches d'égouts et une trappe, reliées entre elles en sous-sol.

Ainsi les acteurs peuvent apparaître n'importe où. Notons également que les caisses sur la droite du Bureau du Port communiquent avec les bouches d'égouts.

La moto de l'ingenieur fou

Photo

Lors de la scène finale, l'Ingénieur Fou prend son élan et monte dans le paquebot à l'aide de sa moto. Il fait ensuite un demi-tour pour faire le tour sur le pont supérieur et disparaît...La moto est amenée plus loin, dans la partie du bateau qui ne coule pas, puis descendue via une passerelle.

 

l'equipe et la regie

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo

De nombreux assistants et régisseurs assurent la perfection du spectacle.

La régie du spectacle se trouve en haut de la rangée centrale de gradins.

Plusieurs personnes sont en coulisses afin d'aider les acteurs (par exemple pour la voiture ou les motos) mais également en régie (en haut des gradins) pour déclencher musiques et artifices, et dans les cintres (les passerelles vertes au-dessus des gradins) pour assurer les montées ou descente en rappel.

L'équipe se compose notamment de

  • 7 cascadeurs
  • 1 trapéziste
  • 1 régisseur de scène
  • 1 régisseur son
  • 2 régisseurs plateau
  • 2 cintriers
  • 1 artificier
  • 2 habilleuses

Informations provenant du site personnel de Philippe GONCE - PG-Consultant.fr

Le saviez-vous : Le bruit d'avion qui passe à basse altitude est un signal permettant d'indiquer aux régisseurs et acteurs qu'il reste 15 min avant le début réel du spectacle. Il permet également d'enchaîner entre 2 pistes audio de bruitages, la première étant une boucle continue, l'autre ayant une fin.

 

Le Wagon Roulotte

Photo Photo

L'intérieur du train est parfaitement conçu pour que les acteurs puissent se mouvoir dedans avec un maximum de sécurité. Des rembourrages sont situés sur chaque poutrelle.

Ensuite, il y'a énormément de câblages et des postes de contrôle (pour la fumée et les artifices), enfin on trouve également plusieurs échelles pour se rendre sur le toit.

Notons également une porte arrière qui permet de se rendre d'un wagon à l'autre, en toute discrétion, les acteurs étant cachés par le train

Le Wagon des Caisses

Photo Photo

Lors des rixes entre les Gendarmes et le Voleur Masqué, vous pouvez voir que les Gendarmes sont toujours projetés vers l'arrière des wagons et tombent à l'abri des regards des spectateurs. Le plus souvent, ils ressortent des caisses en bois.

Observez-bien la scène où le Voleur Masqué prend son élan, saute et frappe d'un uppercut un Gendarme qui se laisse tomber sur le dos. Quelques instants plus tard, un Gendarme jaillit d'une caisse, se fait assommer par l'Ingénieur Fou, et retombe dans la caisse. Il s'agit du même acteur.

L'interieur du bureau du port

Photo Photo

Contrairement à ce que l'on peut imaginer, il n'y a presque rien à l'intérieur du bureau. Les quelques décors sont des dessins en trompe l'œil comme le poêle ou les livres de la bibliothèque.

Le centre de la pièce est entièrement vide afin de laisser de la place aux cascadeurs pour courir et passer à travers les fenêtres, en utilisant des tremplins repliables.

Les explosions

Photo Photo Photo

Si on exclut les artifices de la scène sur le train, il n'y a aucune explosion.

Ce ne sont que des effets sonores avec des effets fumigènes.

Pour dégager autant de fumée lors des explosions dans les égouts, une machine à fumée est dissimulée quelques centimètres en-dessous de la bouche

 

 

 

Explosion de la Camionnette

Photo Photo

Contrairement à ce que l'on voit dans le spectacle, ce sont les gendarmes qui provoquent l'explosion de la camionnette.

En guise de tableau de bord, il existe un poste de contrôle pouvant déclencher la chute des différentes parties du fourgon, la fumée, etc.

A l'origine, le tableau de bord était beaucoup plus raffiné, comportant de nombreux boutons factices. Après les premiers tests, il s'est avéré qu'il fallait privilégier le pratique à l'esthétisme...

Reception de la tyrolienne

Photo

Lorsque vous voyez les deux battants des fenêtres de l'usine désaffectée se refermer, le parcours se termine tout simplement.

Il y'a une table à la réception afin que la cascadeuse puisse se déharnacher.

Les loges

Photo Photo Photo

Regardez attentivement le bâtiment "Compagnie Générale de la Navigation" tout au fond de la scène. c'est l'accès aux coulisses, au garage, et tout ce qui est invisible aux yeux du spectateur.

Quand vous remontez la file d'attente, près du parking à poussettes, vous pouvez voir ce batiment en vous penchant un peu.

 

 

 

Atelier des véhicules

Photo Photo Photo

Il y'a beaucoup de cascades techniques durant le show, aussi un véritable garage a été installé en coulisse pour réparer les éventuels dégâts survenus durant le show (en cas de gros problème, il y'a toujours un double de l'engin utilisé).

Si vous tendez l'oreille avant le lancement de l'ambiance sonore du port, vous pourrez parfois entendre les vrombrissements des motos qu'on chauffe en coulisse.

 

 

Elevation du tableau

Photo

La caisse n'est qu'une façade. Derrière se trouve un système de vérins qui est déclenché par un bouton, actionné par l'Ingénieur Fou

 

Jets de Flammes

Photo Photo Photo

Au milieu du tas de tonneaux que vous pouvez voir dans le fond à droite de la scène, se cache des diffuseurs de gaz ISOPAR. Le gaz ISOPAR est stocké derrière le bateau, puis il est mis sous pression afin qu'il explose (l'ISOPAR est un gaz qui s'enflamme sous pression).

Deux électrons créent une étincelle et il suffit aux régisseurs de déclencher l'arrivée du gaz au moment voulu sur la flammèche pour que de gigantesques flammes se dégagent des tonneaux (principe de l'allume-gaz mais à plus grande échelle !).

 

Intérieur du Paquebot

Photo Photo Photo

Découvrez ce que les acteurs peuvent brièvement apercevoir avant que le bateau ne coule !

 

 

 

 

 

Les coups de feu sur Marcel

Photo Photo

Pendant la scène avec la voiture, l'Ingénieur Fou tire deux cartouches sur Marcel. Deux explosions ont lieu à ras du sol avec un panache de fumée.

Pour se faire, il y'a deux encoches/trous creusés dans le bitume. Des explosifs y sont placés avant chaque séance. Une grille recouvre le trou. La régie n'a plus qu'à activer les deux explosions en fonction de l'action et des effets sonores.

Il arrive parfois, qu'en cas de défaillance de la marche arrière de la voiture, l'intégralité de la scène soit remaniée. Ainsi l'Ingénieur Fou tirera en premier lieu, quasiment au début de la séquence, sur les Gendarmes, et non sur Marcel. Le but étant de dérouler l'intégralité de la scène avec une voiture roulant en marche avant.

 

L'origine du spectacle

Photo Je tiens à remercier Xavier Gassot, scénariste du spectacle, pour les informations suivantes, et tiens à lui répéter une nouvelle fois toute mon admiration pour son travail.
  • Architecte des bâtiments : Luc Planson
  • Chef Constructeur Décoration : Christian Lhôte
  • Régisseur : Gilles Morel dit Sirius (Le bateau tire son nom d'ici)
  • Ensemblier : Frank Hugo.
  • Maquettiste: Jean-Marie Bénas.
  • Régisseur spectacle : José Christiani
  • Effets spéciaux et réalisation des véhicules : Jacky Beffroy
  • Pyrotechnie : Groupe F
  • Scénariste, dessinateur et concepteur des décors : Xavier Gassot
  • Musiques : Marc Goldfeder & Frédéric Manoukian
  • Décors : Pierre Delagnes
  • Régisseur général de projet : Gérard Rocher
  • Régisseur son de création : Franck Combe
  • Conception et modification des cascades : Jackie Venon
  • Formation des cascadeurs et supervision : Jean-Pierre Rumeau via Cascadeurs Associés

 

Anecdotes

  • Le dernier soir de la conception du spectacle, deux bouteilles de champagne ont été ouvertes par l'équipe. Elles sont encore présentes sur le rebord de la fenêtre de l'hôtel.
  • Le héros original de l'histoire devait être : Fantomas

Dossier de Presse

  • A l'époque, il était courant que le service communication du Parc Astérix réalise un dossier de presse pour chacune de ses nouveautés. Nous avons retrouvé celui diffusé en 1996 pour l'inauguration du tout nouveau spectacle du parc : "Main Basse sur la Joconde".
  • Celui-ci contenait 3 diapositives photographiques du parc, une présentation détaillée et "technique du spectacle, et des informations plus générales sur les offres et services proposés par le Parc Astérix.
  • Le dossier au format PDF est accessible ici.

Explosion du mur par la moto de l'Ingénieur Fou

Photo Photo

L'Ingénieur Fou entre en scène sur sa moto en explosant le mur à l'extrémité gauche de la scène.

La grande affiche "Règlement du Port" cache en réalité une percée dans le mur, ainsi que quelques morceaux de briques amovibles.

La moto est amenée dans ce recoin via un accès dissimulé par des franges en plastique noires, visibles sur le côté gauche de la photo.