Retranscription du spectacle

Un quai d'embarquement maritime s'offre à vous.

Sur votre gauche, des usines désaffectées, ainsi que la Compagnie Générale De Navigation; dans le fond se dresse majestueusement un paquebot grandeur réelle : le Sirius III. Le paquebot est amarré au quai, et une passerelle sert d'accès au bateau.

Sur la droite, des motels, des maisons délabrées, ainsi qu'un gigantesque réservoir de pétrole.

Au centre de la scène, le bureau du port semble désert.

Tout ce décor est agrémenté de bruits marins divers, de cris d'oiseaux... Le principal évènement est l'arrivée d'un curieux personnage...

ARRIVEE DE MARCEL

Un drôle de bonhomme à l'allure aussi insignifiante que comique sort des entrepôts.

Zigzaguant sur son vélo, une échelle sous le bras et un pot de peinture à la main, Marcel vient d'arriver. N'hésitez pas à l'acclamer ou à le saluer !

Attendant que les derniers spectateurs s'installent, Marcel se dirige vers le Bureau du Port. Ré-ajustant sa tenue, il frappe à la porte de la petite maisonnette et attend.

Au bout de quelques instants, devant l'absence de réponse, il prend la décision de faire ce pour quoi il semble venu : repeindre le mur de l'Hôtel du Port.

C'est alors qu'une brigade de gendarmes sort du quai d'amarrage du bateau. Le sergent-chef, au képi blanc, passe en revue son équipe, quelque peu dissipée !

Alors que le sergent s'absente un instant, les 3 gendarmes s'avançent sur scène, et commençent à chauffer le public, battant le rythme avec à leurs matraques. Le public les suit naturellement jusqu'à ce que le sergent se rende compte que quelque chose ne va pas !

Le petit manège durera encore quelques temps, tournant en bourrique le sergent jusqu'à ce qu'il s'en aperçoive et corrige comme il se doit les trouble-fêtes !

Pendant ce temps, Marcel regarde les gendarmes d'un air absent, puis installe son échelle et commence doucement un va-et-vient avec son pinceau sur la poutrelle supérieure de l'hôtel.

C'est au rythme du battement des matraques des gendarmes et des applaudissements du public qu'une musique s'élève...

ENTREE DU RAT D'HOTEL

Une lumière s'allume derrière la porte, une musique retentit.

Nous pouvons discerner une femme en ombre chinoise. Elle ouvre brusquement la porte en faisant une arabesque.

Marcel jette un œil au-dessus de lui et le fait de voir un masque argenté le fixer le surprend beaucoup ! Il en fait tomber son échelle, restant suspendu à la poutrelle.

Pendant ce temps, le Rat d'Hôtel commence son ascension sur le réservoir. Marcel, lui, se remet de sa chute, s'époussette, ramasse son échelle et scrute cette femme étrange.

Cette dernière est justement en train de s'harnacher et commence une descente en tyrolienne jusqu'au trapèze suspendu au plafond. Marcel n'en croit pas ses yeux ! Il est tellement envoûté par le Rat d'Hôtel qu'il ne se rend pas compte qu'un convoi ferroviaire entre en gare...

UN TRAIN ENTRE EN GARE

C'est un convoi des plus classiques qui entre en gare à grands fracas et panaches de fumée.

Le premier wagon est une plate-forme transportant une camionnette verte marquée : MUSEE DU LOUVRE. Pour surveiller cette précieuse camionnette, deux gendarmes sont présents, battant la mesure de leurs matraques.

Le seconde voiture est un wagon classique, en bois vert, ressemblant à une roulotte, avec une ouverture en son milieu.

Le troisième wagon transporte de nombreuses caisses de bois rangées à la va-vite.

Enfin le dernier est une citerne rouge délavée transportant vins et alcools.

Marcel, le nez en l'air en train d'observer la voleuse, se fait violemment siffler par les deux gendarmes, lui ordonnant de déguerpir promptement.

Pendant que le convoi arrive, le Rat d'Hôtel disparaît par la fenêtre d'une usine désaffectée en utilisant une deuxième tyrolienne.

Le train stoppe dans un nuage de fumée et des crissements métalliques. A peine le train arrêté, une autre musique se fait entendre. Une des caisses s'ouvre et laisse apparaître le Voleur Masqué.

Marcel, une fois de plus, tombe des nues. Le Voleur Masqué salue et nargue Marcel.

D'une bouche d'égout, sort l'Ingénieur Fou. Les Gendarmes, occupés à surveiller la camionnette et à siffler après Marcel, ne se rendent pas compte de l'arrivée des deux malfrats.

Les deux voleurs s'approchent à pas de loup de la camionnette convoitée, alors que le Rat d'Hôtel en profite pour sortir sur une passerelle de l'usine. Tous lorgnent la voiture verte lorsqu'une alarme retentit!

Un side-car, mené par un autre gendarme et le sergent-chef, rejoint le reste de la brigade. Tous les voleurs ont rebroussé chemin. Le Rat d'Hôtel est repartie dans son usine, le Voleur Masqué s'est caché derrière un wagon et l'Ingénieur Fou s'en est retourné dans son trou d'égout.

L'alerte passée, le sergent-chef ordonne la mise à terre de la camionnette. Marcel, bien calé sur son échelle, regarde tout ce beau monde s'affairer autour du train.

L'Ingénieur Fou sort des égouts, une bombe allumée dans la main. Marcel tente bien de prévenir les gendarmes, mais il n'a pour réponse que coups de sifflet et cris.

L'Ingénieur Fou, profitant de ce remue-ménage, pose sa bombe dans la camionnette. La camionnette repart et et explose à grand fracas à son arrivée au milieu de la scène.

Le véhicule se fissure et tombe en miettes. Les gendarmes sont propulsés au loin...

REVELATION DU TABLEAU

Une caisse est révélée au grand jour.

L'Ingénieur Fou se précipite sur la camionnette et tente d'ouvrir la caisse. Un bon coup de pied du Voleur Masqué le fait éjecter sur le muret. L'Ingénieur Fou retourne à l'assaut et commence à se chamailler avec le Voleur Masqué.

Une corde descend du plafond et le Rat d'Hôtel se laisse glisser jusqu'à la caisse. Les trois voleurs se disputent la caisse quand soudain tout se fige et une voix se fait entendre.

15 novembre 1929. Mona Lisa, dite la Joconde, le plus célèbre tableau du monde, doit embarquer pour son unique traversée trans-atlantique. Elle est attendue au Metropolitan Museum de New-York. C'est l'occasion rêvée pour les voleurs de faire Main Basse sur la Joconde...

Le Rat d'Hôtel se saisit du tableau et commence à s'élever dans les airs, mais pas assez vite pour échapper à l'Ingénieur Fou qui retient le tableau.

Un craquement montre bien le Rat d'Hôtel en train de remonter avec le cadre démonté. Profitant de cet instant de surprise, l'Ingénieur Fou saisit la toile, la met sous son bras et s'en va d'un pas léger et heureux... mais discrètement le Voleur Masqué s'empare du tableau et plonge dans les égouts.

Se rendant compte au bout de quelques instants de l'absence du tableau, L’Ingénieur Fou fonce vers le Voleur Masqué, sort une grenade de sa sacoche et la jette dans la bouche d’égout.

Tout à coup, une explosion retentit dans une bourrasque de fumée... le tableau projeté par l’explosion, sort des égouts.

L’Ingénieur Fou le saisit au vol, referme la bouche d'égout sur le malheureux Voleur Masqué, quand retentissent des coups de sifflet !

LA MARECHAUSSEE EST DE RETOUR

Des sifflets retentissent... 4 gendarmes arrivent en courant pour poursuivre l’Ingénieur Fou.

Ce dernier interpelle Marcel et le fait pivoter sur lui-même. Son échelle sur l’épaule, ce dernier va effectuer un gigantesque tour avec son échelle.

Le premier coup, les gendarmes l’évitent en se baissant mais l’autre bout de l’échelle surprend les 4 agents et les envoient tout droit dans le wagon-citerne.

Une fois remis de leurs émotions, les Gendarmes se synchronisent pour donner l’assaut à l’Ingénieur Fou. Celui-ci se faufile dans les égouts alors que le Rat d'Hôtel était à deux doigts de se saisir du tableau.

Un claquement de mains de sa part fera retrouver les esprits aux Gendarmes... et elle se jette à la poursuite souterraine de l’Ingénieur Fou.

Lequel des Gendarmes va se retrouver dans les égouts ? Le sergent-chef regarde le trou béant, sans enthousiasme et désigne son successeur, qui fera de même sur le troisième Gendarme, qui fera de même sur le quatrième, mais ce dernier ne trouvera aucune réponse pour le remplacer...

Dans un sourire et un soulagement général, le pauvre Gendarme s’engage dans la bouche d’égout… Quelques secondes après sa disparition, une explosion retentit, un nuage de fumée sort de la bouche en même temps qu’un képi et une matraque... Tous se penchent sur le trou...

Un Gendarme au flair aiguisé et aux airs canins attirera ses collègues vers une nouvelle trappe... qui s'ouvre pour laisser sortir l’Ingénieur Fou. Ce dernier, hilare de sa bonne blague, reprend vite ses esprits en se voyant cerné...

La poursuite reprend… mais c’est sans compter sur le Voleur Masqué sortant d’une bouche d’égout et qui, après quelque feintes, assomme l’Ingénieur Fou et s’empare du tableau.

Il commence son ascension sur le toit du Wagon Roulotte. Un Gendarme y pénêtre à son tour et sort par un "trou d’homme", ce qui lui vaudra d’être assommé par le Voleur Masqué. Ses compagnons n’auront pas plus de succès. Le Voleur Masqué saute de wagons en wagons, pour se retrouver coincé sur le wagon–citerne. Les issues sont bloquées mais un peu d’astuce le fera sortir de ce pétrin et en résultera un bon choc entre deux gendarmes.

Le Voleur Masqué remonte tout le convoi, bousculant les gendarmes, pour aller se réfugier dans le Wagon Roulotte... Les Gendarmes s'empressent de le rechercher, mais trop tard.. Le Voleur Masqué s'envole, la Joconde dans les bras.

C'est sans compter sur le Rat d'Hôtel... qui elle descend en rappel. Au croisement des deux malfrats, l'embrouille commence... c'est finalement le Rat d'Hôtel qui en sortira vainqueur, laissant un Voleur Masqué gigotant s'envoler...

Les Gendarmes se précipitent sur elle. Des coups de feu éclatent..., Marcel affolé, se réfugie avec un peu de mal dans ce même wagon. Une bouche d'égout s'ouvre et l'Ingénieur Fou en sort, une bombe à la main. Une fois la bombe lancé dans le wagon , une explosion retentit. Marcel en sort complètement sonné, les vêtements tous déchirés...

Il fait part de sa colère aux Gendarmes, et leur explique l'origine de son état. Les Gendarmes foncent alors dans le wagon et d'un seul coup, la Joconde passe en voltigeant au travers du wagon. Un Gendarme s'en saisit ! Triomphant, la brigade se réunit et prend le chemin de la sortie

Mais une nouvelle fois, la bouche d'égout s'ouvre.. et laisse échapper l'Ingénieur Fou, une bombe à la main. Ce dernier fait apparaître des flammes du sol; ça chauffe pour les Gendarmes ! Ces derniers laissent échapper la Joconde, que l'Ingénieur Fou récupère de bonne grâce. Mais un des brigadiers repère la bombe, oubliée par le malfrat.

Il ne lui faut qu'une seconde pour la relancer dans le souterrain. Et dans une explosion et un panache de fumée, la Joconde ressort du trou, suivie par le terrible Rat d'Hôtel. Subjugués par la superbe voleuse, les Gendarmes se laissent bêtement reprendre le tableau...

FUSILLADE SUR LE CONVOI

Soudain tout s'accélère ! Le convoi redémarre et quitte la scène...

Les Voleurs sortent leur pistolets et autres fusils... Les Gendarmes également ! Des caisses explosent, des volutes de fumées roses et blanches s'échappent...

Un gendarme apparaît en gesticulant, les fesses en flammes...

Un autre, un mouchoir blanc en main, salue tristement le départ du convoi... mais s'en servira très vite pour soulager le postérieur de son collègue...

Où est passée la Joconde ? le Rat d'Hôtel passe en courant devant le bateau, le tableau sous le bras. Le Voleur Masqué à ses trousses... faisant semblant de rien !

Le Rat d'Hôtel contourne le bureau du Port, passe devant la porte, suivi de près par le Voleur Masqué...

MARCEL S'ENERVE...

Et c'est à ce moment que notre Marcel ressort... claquant la porte de plein fouet dans la figure du Voleur Masqué, l'assommant à moitié...

Les gendarmes, remis de leur émotions, tentent de reprendre le tableau à la voleuse... mais aidée de l'Ingénieur Fou, il s'avère très difficile de rattraper la terrible voleuse... Au final, après avoir mis KO les gendarmes, elle colle le tableau dans les mains de Marcel et s'éloigne quelque peu, gardant un oeil sur la suite des évènements.

Notre peintre n'apprécie guère les façons quelque peu brusques des Gendarmes, souhaitant reprendre le tableau... Menaçant de quelques baffes, les Gendarmes se réfugient dans le Bureau du Port... tandis que Marcel n'en croit pas ses yeux... Il a le tableau en main !

Soudain une caisse s'ouvre et s'abat sur sa tête, laissant apparaître l'Ingénieur Fou, hilare... Le dernier gendarme tente tout de même de reprendre le tableau... mais avant qu'il n'esquisse le moindre geste, une bombe lui tombe dans les mains ! Tremblant de peur, il exécute un vif échange avec Marcel, qui se retrouve avec l'explosif... et pénètre dans le Bureau du Port...

Les trois voleurs se regroupent, se bouchent les oreilles... et une explosion retentit... Deux gendarmes passent à travers la fenêtre, dans un panache de fumée... l'un d'eux se relève, et fonce sur le Rat d'Hôtel, mais la porte s'ouvre à toute volée à son visage et laisse apparaître Marcel, le tableau sous le bras...

Le gendarme sonné d'avoir pris la porte dans la figure, prend un instant de répit sur les marches du bâtiment, tandis que Marcel règle ses comptes avec l'Ingénieur Fou... Submergé par les assauts des voleurs, Marcel retourne finalement dans le Bureau du Port, claquant de nouveau la porte dans la figure du gendarme... le Rat d'Hôtel le poursuit, assomant une nouvelle fois le pauvre brigadier, l'Ingénieur Fou aussi...

Et le Voleur Masqué, entre doucement dans le Bureau... regarde le gendarme, prend son élan, et lui claque sciemment la porte au visage ! Des bruits retentissent, des coups de poings, des baffes... Un voleur passe par la fenêtre... Et Marcel soulève le toit du Bureau du Port, visiblement excédé...

Le Rat d'Hôtel s'échappe de justesse dans les airs, des Gendarmes sont expulsés dehors... Et les murs du Bureau s'effondrent... le toit s'affaisse, il ne reste plus rien du Bureau du Port. Mais une fois la fumée dissipée, quelque chose bouge de derrière les décombres.. Marcel en ressort ! La Joconde à bout de bras, notre ami est transformé...

EN VOITURE !

Le danger semble écarté ! Le précieux tableau est récupéré...

Mais un vrombissement parvient du fond du port, lorsqu'une voiture rutilante, d'un rouge éclatant, sort des entrepôts, le Voleur Masqué au volant !

Fier de sa voiture, la montrant au public, il ne remarque pas que Marcel s'éclipse doucement.

Un grand coup d'accélérateur et la poursuite commence ! Marcel tente de sortir en passant sous le réservoir de pétrole, quand l'Ingénieur Fou surgit de nulle part ! Le Voleur Masqué à gauche, l'Ingénieur Fou à droite, Marcel est cerné ! Un seul échappatoire: le public ! Il saute par dessus le muret et s'engouffre dans l'escalier des gradins, narguant les deux voleurs.

Mais une ombre se profile au-dessus de sa tête... le Rat d'Hôtel descend en rappel et attrape Marcel, l'entraînant dans les airs !

Après quelques claques, le Rat d'Hôtel traverse la scène en tyrolienne, la Joconde sous le bras. Mais Marcel le suit de près !

Arrivé sur le toit d'un entrepôt, le Rat d'Hôtel s'envole de nouveau, rattrapé de justesse par Marcel qui se saisit du tableau... et tombe derrière le toit, dans un bruit assourdissant. Mais le revoici, sortant de derrière des tonneaux, tout déboussolé...

Aussitôt, le Voleur Masqué et l'Ingénieur Fou, dans la voiture, se précipitent sur lui. L'Ingénieur Fou sort une pétoire et commence à tirer sur Marcel qui l'évite ! Un aller-retour de voiture et le voilà ré-ajustant son tir, que Marcel esquive de nouveau.

Cette fois, l'Ingénieur Fou allume une bombe... le Rat d'Hôtel descend en rappel sur la voiture, s'empare du tableau et c'est reparti ! L'Ingénieur Fou lance la bombe sur Marcel, mais ce-dernier la récupère... et menace les voleurs !

Marche arrière toute! les voleurs s'enfuient en voiture ! Marcel les poursuit, la bombe à la main, et soudain la lance dans l'entrepôt où la voiture a disparu...

Une explosion retentit, l'entrepôt tremble, un bruit de ferraille résonne. Une roue de voiture sort de l'entrepôt... La voiture, totalement disloquée, transportant les trois voleurs choqués, sort à son tour, sur trois roues!

Le Rat d'Hôtel disparaît dans les airs, l'Ingénieur Fou se laisse tomber dans une bouche d'égout; et le Voleur Masqué, garde le volant de sa voiture dans les mains, tout penaud... La voiture le suit, tel un chien derrière son maître... un dernier coup de klaxon, et elle disparaît sur les quais.

Marcel, grand homme, vient consoler le Voleur Masqué, un mouchoir à la main... et le Voleur Masqué après s'être mouché, regarde le propriétaire du mouchoir, sursaute de rage, et repart dans les entrepôts. Marcel tout fier, la Joconde dans le dos, repart en vélo.

Mais un nouveau vrombissement retentit!

SUR DEUX ROUES...

Une moto toute rouge sort des entrepôts... le Voleur Masqué la pilotant !

Fier de son engin, il frime auprès du public, donnant de grands coups d'accélérateurs ! Puis la poursuite commence !

Au volant d'une moto toute jaune, l'Ingénieur Fou éclate le mur en brique, poursuivant Marcel sur son vélo... les deux personnages se dirigent vers l'entrepôt de gauche...

Marcel fuit à l'autre bout du quai, évitant de justesse le Voleur Masqué qui saute à moto au-dessus de lui.

La maréchaussée est de retour au volant d'un side-car... qui se sépare en deux ! La moto des gendarmes continue dans le mur, et le side-car part à l'aventure, un Gendarme dedans...

Il passe juste sous la moto du Voleur Masqué et de l'Ingénieur Fou, qui sautent d'un tremplin... Marcel stoppe son vélo dans l'entrejambe du sergent-chef, prend une planche posé là, et tente de désarçonner le Voleur Masqué... raté !

L'Ingénieur Fou en profite pour le faire chuter... Marcel se retrouve la planche sur le ventre... Le Voleur Masqué prend son élan et saute sur le tremplin improvisé...

Marcel se relève indemme, brandissant fièrement la Joconde à bout de bras... et s'enfuit en courant, sautant au-dessus de la moto de l'Ingénieur Fou qui tentait de l'intercepter.

Le Voleur Masqué traverse les quais, tirant derrière lui un Gendarme qui ira s'encastrer dans un gros sac attaché au pilier d'un entrepôt.

Marcel a toujours la Joconde, il arrangue le Voleur Masqué sur sa moto sans s'apercevoir que la voleuse descend doucement le long d'un filin pour lui prendre le tableau des mains !

C'est sans compter sur l'intervention de l'Ingénieur Fou, armé d'un bazooka, qui tire sur la voleuse... sans s'être aperçu que son engin est pointé du mauvais sens... La voleuse laissera tomber le tableau de surprise suite à la détonation.

Marcel récupère une nouvelle fois le tableau, pendant qu'un Gendarme, perché sur un tabouret, tente d'attraper la voleuse. Le Voleur Masqué voyant cela, fonce sur lui et le fait tomber de son perchoir. Il invitera par la même occasion le Rat d'Hôtel à continuer la poursuite avec lui !

Les motos des voleurs poursuivent Marcel, les gendarmes également, sauf un dernier qui lui n'aura que ses jambes pour suivre la troupe... Tout ce petit monde quitte les quais...

EMBARQUEMENT IMMEDIAT !

Revoici Marcel, brandissant le tableau sauvé des griffes des malfrats ! Sur une musique entraînante, il embarque sur le paquebot, poursuivi de près par l'Ingénieur Fou sur sa moto de, le Voleur Masqué, le Rat d'Hôtel et les Gendarmes.

Marcel se cache dans le bateau, les voleurs tentent d'ouvrir les portes... Et quelle surprise quand ils y arrivent !

Marcel tenant une énorme bombe ! Les malfrats s'enfuient dans le bateau, les Gendarmes, eux, reçoivent la bombe ! Chacun la passe à son voisin... et Marcel les enferme tous dans le bateau...

Dans un cri de désespoir du Gendarme tenant la bombe, l'explosion, énorme, rententit... La sirène se déclenche... Tous les personnages sortent du navire, qui commence à prendre feu !

Les Gendarmes tentent de descendre en rappel, les voleurs s'enfuient en tyrolienne... des bidons d'essence explosent derrière le bateau... et ce dernier commence à se scinder en deux... et à couler...

ON L'APPELLE MARCEL !

Un silence se fait, le bateau dégage des volutes de fumées... Soudain une petite porte s'ouvre tout en haut du paquebot.. un tableau apparait ! suivi de Marcel rayonnant...

Ce dernier se laisse descendre sur une bouée, glissant sur le flanc du bateau. Un wagon démarre d'un coin des entrepôts... Marcel dépose le tableau dessus, et entonne :

  • (Refrain)
  • On m'appelle Marcel, je ne suis pas du grand monde
  • mais celle qui m'ensorcelle, c'est cette sacrée Joconde
  • On m'appelle Marcel, le coeur fier et j'le prouve !
  • On m'appelle Marcel, si on me cherche on me trouve !

 

  • Bandits, malfrats, voleurs et monte-en-l'air...
  • Tous ces loustics ont joué avec mes nerfs !
  • Une hirondelle, voleuse et voltigeuse...

Le Rat d'Hotel descend en rappel et tombe dans les bras de Marcel qui la dépose sur le wagon.

  • drôle de voyou, aux allures de danseuse...
  • aura tout fait pour me rendre la vie dure...
  • à pied en train, en bateau, en voiture !

Le Voleur Masqué apparaît cette fois-ci en trottinette, fier de sa nouvelle monture. Marcel lui tire l'oreille, lui prend son jouet et le tord en deux.

  • Refrain (x1)
  • J'aurais tout vu, j'aurais tout entendu
  • truand masqué, sinistre individu
  • les policiers, le képi dépité...

Les Gendarmes apparaissent au sommet des ruines du Bureau du Port, tous avec une petite corde, descendant en rappel les deux mètres qui les séparent de la terre ferme.

  • Maréchaussée, mal chaussée, bien rossée !
  • Sans oublier l'homme des bombinettes...
  • moitié Einstein, et moitié pickpocket !

L'Ingénieur Fou apparaît au sommet des ruines du Bureau du Port, avec un énorme détonateur. Quand il enclenchera ce dernier, celui-ci ne produira que quelques étincelles, et l'Ingénieur partira dans les cieux attaché au bout d'une corde...

  • On l'appelle Marcel, il n'est pas du grand monde
  • mais celle qui l'ensorcelle, c'est cette sacrée Joconde
  • On l'appelle Marcel, le coeur fier et il le prouve !
  • On l'appelle Marcel, si on le cherche on le trouve !
  • On m'appelle Marcel, si on me cherche on me trouve !

L'ensemble des comédiens salue le public. Au signal de Marcel, en bout de ligne, chaque personnage prendra le chemin des coulisses... Reste le Voleur Masqué qui se dandine au rythme de la musique... avant qu'un regard insistant de Marcel le rappelle à l'ordre.

Un dernier salut au public et Marcel prend le chemin du reste de la troupe.

Fin du spectacle